L’hernie discale : Est-ce aussi problématique qu’on le pense ? Partie 1

back pain, pain, body

L’hernie discale : Est-ce aussi problématique qu’on le pense ?

Partie 1

 

Combien de personnes connaissez-vous ayant eu un diagnostic d’hernie discale dans le passé et ayant cessé leurs activités significatives par peur de s’empirer ? Peut-être avez-vous vécu vous-même cette expérience ? Il n’est pas évident de recevoir un tel diagnostic, d’autant plus qu’avec les expériences personnelles de certains, les recherches inutiles sur internet et parfois même, la façon dont certains professionnels de la santé l’expliquent, cette situation est plus qu’inquiétante ! Laissez-moi tenter de vous rassurer et ainsi, faciliter votre processus vers le rétablissement de votre condition.

 

Tout d’abord, l’hernie discale est une affection impliquant le disque intervertébral. Ce dernier est situé entre deux vertèbres de la colonne vertébrale et sert à transmettre les forces entre le haut et le bas du corps. Il est également nécessaire à la réalisation des mouvements de la colonne vertébrale, et donc, à son bon fonctionnement. Le disque est notamment composé d’un noyau central ainsi que d’un anneau externe, formé de multiples fibres positionnées de façon à le rendre très robuste. Ces structures sont conservées suite à l’apport en oxygène et nutriments, qui est possible grâce aux différentes charges qui leur sont imposées. Le disque est donc, par son rôle et sa composition, une structure solide pouvant nettement accueillir les différentes activités que nous réalisons au quotidien. Cependant, il peut être lésé, à différents niveaux de sévérité, comme n’importe quel tissu du corps humain.

 

Une lésion du disque intervertébral peut être causée, entre autres, par des mouvements répétitifs, une augmentation trop importante et non progressive de la charge lui étant imposé ou par des mouvements ou postures non favorables. De plus, les habitudes de vie et l’effort physique demandé par le travail ou le sport peuvent également influencer. Par contre, nous sommes portés à croire que dès qu’une imagerie médicale démontre une atteinte à un ou plusieurs disques intervertébraux, il n’existe aucune solution possible au rétablissement, outre la chirurgie ou la médication. Malgré les croyances populaires, cette affirmation est fausse dans la plupart des cas. Certes, le chemin n’est pas toujours facile, mais oui, vous pouvez vous rétablir d’une hernie discale !

 

En effet, une récente étude scientifique (Zhong et al, 2017) démontre que la majorité des hernies discales, plus précisément le 2/3, se résorbent d’elles-mêmes et certaines, en seulement quelques mois ! De plus, selon une autre étude (Chiu et al, 2015), plus l’hernie discale est sévère, plus elle a de chance de se résorber avec un traitement conservateur (sans chirurgie). Encourageant, n’est-ce pas ?

 

Alors, qu’en est-il de la réadaptation pour aider l’hernie discale ? La majorité des personnes ayant eu ce diagnostic ont été référé vers la physiothérapie ou l’ergothérapie afin d’aider au rétablissement, mais à quoi servent-ils si l’hernie peut guérir d’elle-même ? Ces professionnels sont des atouts pour plusieurs raisons. D’une part, ils vont faciliter le processus de guérison par l’éducation, mais également l’optimiser par leurs interventions (amélioration de la mobilité, renforcement, hygiène posturale, etc.). D’autre part, la réadaptation aidera à diminuer les récidives d’épisodes aiguës de douleur et permettra l’auto-prise en charge du client, c’est-à-dire la gestion de ces épisodes à la maison par divers moyens.

 

En résumé, le disque intervertébral est une structure solide pouvant accueillir diverses activités sans problème. Il peut par contre se blesser, comme n’importe quelle structure du corps humain, si les habitudes quotidiennes ne lui sont pas optimales. Il possède cependant un grand pouvoir d’adaptation qui lui permet de se rétablir. Les professionnels de la réadaptation peuvent même aider à optimiser ce rétablissement et ainsi, diminuer les risques de récidives.

 

Références

Ming Zhong, M. D., & Liu, J. T. (2017). Incidence of spontaneous resorption of lumbar disc herniation: a meta-analysis. Pain physician20, E45-E52

 

Chiu, C. C., Chuang, T. Y., Chang, K. H., Wu, C. H., Lin, P. W., & Hsu, W. Y. (2015). The probability of spontaneous regression of lumbar herniated disc: a systematic review. Clinical rehabilitation29(2), 184-195.

 

Poulter, D (2020). Intervertebral discs are they jelly donuts? Physio Network. https://www.physio-network.com/blog/intervertebral-discs-are-they-jelly-donuts-a-guest-blog-by-david-poulter/?fbclid=IwAR1N4YRpjnrcsC3SqdsEYNnVPBVynOdgQrRtMG_p5r4sxgIIzoijFne_86Y

 

Hall, J (2016). What if I told you that … Discs heal!?!? Evidence Informed Physical Therapy. https://drjarodhalldpt.blogspot.com/2016/02/what-if-i-told-you-thatdiscs-heal.html

 

Partager ce conseil:

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Autres capsules-conseils

Se nourrir – Ergothérapie

Saviez-vous que l’ergothérapeute peut supporter votre enfant et votre famille lorsque surviennent des défis dans cette occupation de se nourrir?  Oui, en effet!   Se