La rééducation périnéale et pelvienne pendant la grossesse

Pourquoi consulter en physiothérapie en rééducation périnéale et pelvienne (RPP) pendant la grossesse?

Lors de la grossesse, le corps de la femme vit énormément de changements qui peuvent apporter leur lot d’inconforts et de désagréments : fuites d’urine, douleur, constipation, incontinence de gaz ou de selle, lourdeur au niveau du périnée, enflure, pression dans le bas du ventre, malaise au niveau du plancher pelvien, descente d’organes, etc.

Les fuites d’urine surviennent chez 50 % des femmes enceintes et chez 30 à 35 % des femmes dans le trimestre suivant un accouchement. 10 % d’entre elles continueront d’en souffrir au-delà de 3 mois post- accouchement et elles ont 90 % de risque d’en souffrir encore 5 ans plus tard si aucune intervention n’est faite. Entraîner son plancher pelvien à partir de la 20e semaine de grossesse diminue les risques de souffrir d’incontinence urinaire pendant et après la grossesse. Ça peut donc être un bon moment pour consulter en prévention. Bien souvent, une seule rencontre peut suffire selon les résultats de l’évaluation et la présence d’autres symptômes. Apprendre à bien contracter les muscles du plancher pelvien et contrôler la pression intra-abdominale peut parfois être difficile. Votre physiothérapeute en RPP pourra vous aider à bien intégrer le tout, en plus de prodiguer pleins d’autres conseils pratiques. Lors d’un rendez-vous autour de 20 semaines de grossesse, elle pourra donc, entre autres, évaluer les activités pratiquées, la compétence des abdominaux et des muscles du périnée afin de prévenir ou d’intervenir pour de l’incontinence urinaire, une diastase des abdominaux, une descente d’organe, des difficultés avec l’évacuation des selles et des inconforts musculosquelettiques qui peuvent survenir.

Plusieurs de ces problèmes peuvent se présenter et occasionner des douleurs avec la prise de poids, les changements posturaux et la libération de relaxine (hormone qui assouplit les tissus mous en vue de l’accouchement). De 46 à 76 % des femmes enceintes sont touchées par des douleurs au dos et au bassin et les symptômes peuvent persister chez 10 % des femmes après l’accouchement. Des douleurs sont également souvent présentes entre les omoplates, aux côtes, au coccyx, au bas du ventre ou à l’aine/symphyse pubienne. N’hésitez pas à consulter si certains de ces maux vous incommodent. Votre physiothérapeute peut intervenir avec des mobilisations, des techniques de relâchement, des conseils posturaux et des exercices pour soulager et prévenir ces douleurs.

Un rendez-vous vers 32 semaines de grossesse est également à privilégier afin de discuter de certains facteurs pouvant influencer l’accouchement dont la mobilité du bassin, certaines positions pouvant parfois être favorables, les différentes façons de pousser, le tonus des muscles du périnée. Des étirements du plancher pelvien sont enseignés pour réduire les risques de déchirures. Une bonne conscience de son périnée et de ses abdominaux peut également aider lors de la poussée à l’accouchement et réduire les risques de déchirure. Apprendre à mieux contrôler ses muscles du périnée avant l’accouchement peut aider à évoluer plus rapidement en période de rééducation post natale. Des conseils pour la période post natale vous seront enseignés puisque nous recommandons habituellement d’attendre 6 semaines suite à l’accouchement avant une évaluation du périnée par voie vaginale.

La rééducation périnéale et pelvienne est donc un atout très efficace pour aider à prévenir et soigner différents maux reliés à la grossesse et l’accouchement. N’hésitez pas à consulter. Cela sera gagnant pour vous.

Référence: 1 Woodley S, Boyle R, Cody J, Mørkved S, Hay-Smith J. Pelvic floor muscle training for prevention and treatment of urinary and faecal incontinence in antenatal and postnatal women. 2017 Dec 22;12(12):CD007471. doi: 10.1002/14651858.CD007471.pub3.

Partager ce conseil:

Autres capsules-conseils

Ces aliments qui irritent votre vessie

Beaucoup de femmes et d’hommes souffrent de ce qu’on appelle une vessie irritable ou une vessie hyperactive. Cette vessie peut avoir la fâcheuse habitude de