Le jardinage, une activité bien plus complète qu’on ne le pense!

L’ergonomie, ou plus précisément l’hygiène posturale, est un principe à garder en tête dans bien des activités quotidiennes. Et le jardinage ne fait pas exceptions à ces principes! Effectivement, lorsque nous ne ressentons pas d’inconfort, cette activité peut paraitre simple et sans conséquences, mais en réalité, jardiner demande certaines capacités physiques que l’on prend souvent pour acquis. Voici quelques conseils afin d’éviter des inconforts ou même blessures lors de votre moment jardinier.

Respectez vos limites

Le principe de respect de nos limites se rapporte, entre autres, à notre force et endurance. Bien que le jardinage ait l’air « facile », il n’en est pas moins exigeant pour nos muscles et articulations selon le geste réalisé. Voici quelques exemples à éviter autant que possible, avec des alternatives plus sécuritaires :

 

Soulever des objets trop lourds – utiliser des principes ergonomiques :

Pots en terre cuite et pot de grand format

Utilisez un porte-plante à roulette afin de déplacer vos pots. Plusieurs formats existent sur le marché tant pour l’intérieur que l’extérieur. Dans le cas immédiat  vous n’en avez pas, il est préférable de prendre 5 minutes afin de vider un peu le contenu du pot pour le déplacement. Si le dit pot est rempli de magnifiques fleurs, l’option de demander de l’aide et d’attendre l’aidant demeure l’option la plus sécuritaire. Bien entendu, ici il est question de poids excédant ce que vous êtes habitué de manutentionner habituellement selon votre condition de santé.

Pliez les genoux et basculer le pot ou sac de terre en question.

Utilisez les jambes afin de se relever et maintenir le pot près de son corps. Il est possible d’appuyer la poche de terre sur la cuisse pour aider au soulèvement.

Gardez le pot près de soi, utiliser une brouette si la distance est plus grande que quelques pas.

Poche de terre et de compost

Il est tentant de vouloir supposément « sauver du temps » en les déplaçant manuellement. Nous conviendrons tous que les poches de terre ou de paillis se transportent mal. L’utilisation d’une brouette est utile dans ces moments et elle est bien plus ergonomique. Bien entendu, évitez de surcharger la brouette, qui créera une possible surcharge tout en réglant le premier problème postural. Néanmoins, au moment de soulever la poche qui est au sol, il est fortement suggéré de fléchir les genoux, de maintenir la courbure du bas du dos présente et de respirer!

Arrosoir de grand format rempli à pleine capacité

Il n’est pas toujours possible d’utiliser le boyau d’arrosage, ce qui amène plusieurs à utiliser un arrosoir. Bien qu’il puisse être encore tentant de le remplir à pleine capacité afin de « sauver du temps », il est plutôt recommandée de remplir à moitié ou selon votre capacité réelle. De plus, à cette étape, l’utilisation des 2 mains est fortement recommandé dans le but de répartir le poids de l’arrosoir à vos 2 bras. Si vos pots sont en hauteur, l’option de les décrocher pour les mettre au sol ou sur une table est préférable, sinon l’utilisation d’un marchepied à 2 niveaux permettra de diminuer l’élévation de vos bras en hauteur. Sachez qu’il existe un manche long pour l’utilisation du boyau d’arrosoir, nommé « lance d’arrosoir » qui peut s’avérer fort utile (voir photo en fin de texte).Il en va de même avec l’utilisation des chaudières : SVP, favoriser les aller-retours, mais avec un poids moindre dans ces dernières et 1 dans chaque main pour être symétrique!

Évitez de transporter un poids lourd avec 1 main, cela débalance la posture sur le côté (image de gauche). Optez pour l’utilisation des 2 mains, qui permet de se redresser davantage et de faire un transfert de poids plus efficace au moment d’arroser (image de droite).

Prendre des pauses

Bien que notre rythme de société valorise la productivité, il ne faudrait pas se restreindre à s’offrir un temps de pause bien choisi durant la réalisation de tâches actives. En effet, selon vos inconforts et votre condition, il est conseillé de prendre régulièrement de courtes pauses en cours de tâche. Idéalement, il est recommandé de changer de position aux 20 à 30 minutes selon les besoins, surtout si vous êtes à genoux. Par exemple, simplement s’asseoir et contempler l’avancement du projet, aller se chercher un bon verre d’eau ou encore alterner avec une tâche de nature autre et plus légère physiquement.

Le positionnement

La grande majorité d’entre nous tentons de plier les genoux pour ramasser un objet au sol. En effet, pencher uniquement le tronc n’est pas conseillé. Toutefois, la posture accroupie peut être controversée. Pour certains, s’accroupir peut augmenter la surcharge aux articulations des chevilles, des genoux et du bas du dos qui se retrouvent presque toutes en amplitudes maximales. S’agenouiller, se mettre en posture chevalier avec appui ou s’asseoir sur un petit banc est une meilleure option pour la santé de nos articulations. Éviter également de combiner plusieurs mouvements qui augmentent le risque de blessures : par exemple s’étirer pour atteindre une mauvaise herbe avec notre bras droit devant soi, puis faire une rotation sur le coté pour atteindre son voisin plus loin sur notre gauche. Essayer de vous rapprocher et d’éviter le « à bout de bras », ainsi que de rester aligner dans la direction que vous désirez travailler tant avec vos bras qu’avec un équipement.

Quelques exemples en images :

À éviter

À faire

Pliez vos genoux!

Si s’accroupir n’est pas une option pour vous : déposez un genou au sol et maintenez l’autre fléchi (position chevalier).

À éviter

À faire

Restez aligné!

Évitez de combiner plusieurs mouvements, déplacez-vous pour rester face à votre plan de travail.

À éviter

À faire

Maintenez le dos droit!

Évitez de vous pencher vers l’avant sans plier les genoux.

À éviter

À faire

Évitez le : « à bout de bras »

Évitez de travailler à bout de bras, ce qui peut augmenter la surcharge à votre dos et épaules.

À éviter

À faire

Utilisez les bons outils et équipements – Rester autant que possible dans une posture naturelle

  • Manche de type « lance d’arrosoir ». (https://www.renodepot.com/fr/lance-darrosage-30-9-fonctions-orange-)
  • Fouet et tondeuse avec un manche / poignée ajustable en angle et en hauteur.
  • Bèche, râteau, fourche, binette, désherbeur, pelles, etc. : de format le plus léger possible et avec des manches longues (idéalement qui arrive à la hauteur de votre visage). Souvent inconnus, plusieurs outils se vendent dans une option de long manche ou avec une rallonge que l’on peut se procurer à part. Consulter un ergothérapeute peut également vous aider à vous diriger vers les bons équipements selon votre difficulté.
  • Utiliser des protège-genoux en mousse pour s’agenouiller. Si cette posture est problématique, l’utilisation d’un petit banc assez bas pour s’y asseoir peut être une option.

S’il vous reste des questionnements, n’hésitez pas à en discuter avec un ergothérapeute!

Au plaisir d’élaborer ses conseils avec vous,

Édith Poirier erg.

Partager ce conseil:

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Autres capsules-conseils

Capsule sommeil : 3-2-1 Dodo !

Qui a eu de la difficulté à dormir durant les derniers jours ? Si vous pouviez vous voir les uns les autres à travers vos écrans,